Fermer

La Maison Verte et Bleue

La Maison verte bleue, un lieu de sensibilisation à l'alimentation durable et à la biodiversité

Le jardin très nature de la Maison Verte et Bleue

A la fin de l'automne 2011, ce terrain communal était occupé par une pelouse banale dans laquelle on retrouvait quelques pâquerettes et pissenlits. Depuis le printemps 2012, un oasis de biodiversité s'y est développé et accueille une grande diversité de plantes sauvages et d'animaux indigènes. Ce jardin constitue un espace didactique illustrant ce que la main de l'homme peut faire pour favoriser la nature dans un jardin.

Ce site est d'ailleurs intégré dans le Réseau Nature, un ensemble de terrains que chaque occupant gère afin de favoriser le développement et l'accueil de la nature. Les membres du réseau sont autant des particuliers que des collectivités telles que des entreprises ou des administrations communales! Chaque membre s'engage à respecter certains principes écologiques précisés dans une charte commune. Plus d'infos sur www.reseau-nature.be 

Entretien minimisé & biodiversité maximisée

La conception des différents espaces vise à alléger les interventions d'entretien, sans pesticide ni engrais bien entendu! On s'y promène par un chemin circulaire recouvert de petits trèfles et qui constitue la seule zone tondue dans l'ensemble du jardin. Ailleurs, les parterres sont désherbés manuellement, en préservant certaines plantes spontanées tandis que les différentes prairies sont fauchées une à deux fois par an.

Nous vous invitons à découvrir, en image et en texte, les différents parties du jardin:

  • La mare naturelle
  • Les parterres sauvages
  • Les prairies fleuries
  • L'hôtel à insectes

Visites sur réservation pour des groupes constitués

Afin de préserver la quiétude et le bon état de celui-ci, cet espace est uniquement accessible dans la cadre des activités de la Maison Verte et Bleue relatives à la biodiversité et à l'alimentation durable. On y retrouve en effet diverses plantes sauvages qui peuvent utilement être intégrées dans diverses préparation culinaires.

Pour réserver une activité avec un groupe constitué, vous pouvez prendre contact avec l'équipe de la Maison Verte et Bleue via l'adresse mail maisonvertebleue@anderlecht.brussels

Des ouvertures exceptionnelles sont également programmées, par exemple le 23 septembre 2012 dans le cadre de l'événement « Jardins en Fête » organisé à Bruxelles. Inscription exclusivement via le site internet « Jardins en fête » (http://jardinsenfete.bvrp.net)

Envie de passer à l'action?

Si vous disposez d'un jardin, vous pouvez également accueillir la nature en modifiant l'entretien des différentes parties de celui-ci ou en réalisant certains aménagements. Pour des idées et des conseils pratiques, visitez le site internet « Nature au jardin » (http://www.natagora.be/natureaujardin/index.php?id=natureaujardin)

Une réalisation durable via l'économie sociale

Cette mosaïque de couleurs et de textures a été réalisée par l'entreprise de Travail Adapté « Nos Pilifs », qui emploie 130 personnes en situation de handicap. Depuis plusieurs années, leurs équipes d'entretien de jardin se sont spécialisées dans les aménagements et les entretiens respectueux de la nature. C'est donc très logiquement que la commune d'Anderlecht a chargé Nos Pilifs de la réalisation de cet espace, conformément à la dynamique Agenda 21 visant à développer une politique de marchés publics durables.

La mare naturelle

Une grand mare a été installée au centre du terrain, dans une zone qui formait déjà précédemment une légère cuvette. La profondeur varie selon les endroits et atteint au maximum 1m en son centre, afin de préserver une zone refuge d'eau libre pour les animaux aquatiques en période de gel. Les berges sont aménagées en pente douce afin de permettre l'accès aux oiseaux et aux batraciens. Une grande bâche en caoutchouc a été placée afin d'assurer l'étanchéité, et a ensuite été recouverte de gravier.

A peine creusée, le sol argileux retenait déjà l'eau de pluie dans le fond de la mare

De nombreuses plantes sauvages s'y développent les pieds dans l'eau: des iris, les joncs, des massettes et les sagittaires. D'autres espèces fleurissent dans les zones de terre humide bordant les berges, comme la salicaire, la valériane et la consoude.

Les plantes sauvages installées dans et autour de la mare: des nénuphars dans l'eau, la valériane et ses bouquets de fleurs blanches ainsi que la consoude et ses fleurs rosées.

De nombreux insectes aquatiques sont présents autour de la mare. Les libellules ont été les premières à venir virevolter tout autour: des bleues, des vertes mais aussi des rouges! Leur cousine demoiselles, beaucoup plus fines, sont également présentes. Dans l'eau, on retrouve de nombreuses notonectes, insecte utilisant 2 de ses pattes comme deux rames et nageant à l'envers dans l'eau, le ventre vers le haut. A la surface, les gerris glissent sur la surface de l'eau en utilisant 4 de leurs 6 pattes comme flotteur. Avec ses différentes prédateurs naturels, les larves de moustiques n'y feront pas long feu!

Deux visiteuses régulières: à gauche, une libellule, aux grandes ailes déployées au repos, et à droite, sa cousine la demoiselle, au corps plus fin et aux ailes reposées le long du corps.

Aucun poisson n'a été introduit dans la mare afin de ne pas perturber l'équilibre écologique. La mare complète ainsi le maillage des nombreuses zones humides existantes à Neerpede.

L'alimentation en eau est assurée uniquement par l'eau pluviale. Le niveau varie donc d'une saison à l'autre.

Les parterres sauvages

Plusieurs parterres ont été crées en bordure du jardin. On y retrouve des arbustes fruitiers tels des framboisiers et des groseilliers mais également du sureau. Ces nombreux petits fruits offrent une nourriture très appréciées des oiseaux nichant dans les arbres bordant le jardin. De nombreuses espèces sauvages ont également été plantées comme le géranium, la tanaisie, la mauve ou l'eupatoire, aux feuilles découpant rappelant celle du chanvre. D'autres se sont installées spontanément, via des graines apportées par le vent ou par les animaux.


Les larges inflorescences d'eupatoire rivalisent avec les grandes fleurs de mauve et les tiges fleuries des salicaires

L'entretien de ces parterres est assuré manuellement en arrachant les espèces trop envahissantes. Les plantes ainsi déracinées sont laissées au pied des arbustes afin de former un paillage naturel. Cela évite ainsi un transport inutile de déchets verts.

Les parterres d'arbustes sont colonisées spontanément par de nombreuses plantes sauvages.

Les prairies fleuries

Deux prairies fleuries ont été semées au centre du jardin. Préalablement mises à nu, ces zones ont été ensemencées en avril 012 avec des graines de plantes sauvages. Ces semences ont été fournies par une pépinière spécialisée dans la culture d'espèces indigènes.

La première prairie situé à l'entrée du jardin est composée de fleurs annuelles: coquelicots, bleuets, et chrysanthèmes des moissons. Ce mélange offre une superbe floraison la première année. A la fin de l'été, les fleurs fanées ajoutent de nouvelles nuances de couleurs et produisent progressivement les graines pour la saison suivante. La repousse les années suivantes dépendra des modalités de gestion de la prairie.

Dès le mois de juin, la prairie fleurie illustre l'extraordinaire beauté offerte par la nature.

Les nombreuses fleurs attirent un grand nombre d'insectes butineurs qui viennent se délecter de la moisson de nectar et du pollen à leur disposition. On y retrouve bien entendu des abeilles, dont l'action de fertilisation des fleurs est indispensables à la production de nombreux fruits et légumes. Celles-ci subissant actuellement un déclin aux causes multiples, il est nécessaire de favoriser les plantes utiles à leur survie! Les fleurs sont également visitées par des bourdons, des papillons mais également des syrphes, une sorte de mouche déguisée en abeille. Une astuce sans faille pour les démasquer: les syrphes sont les seules insectes à pouvoir voler sur place!

Deux visiteurs réguliers: un syrphe posé sur une fleur jaune de chrysanthème des moissons et un bourdon butinant un grand coquelicot

Une deuxième prairie a été ensemencée à l'arrière du jardin, avec un mélange de plantes sauvages vivaces. Même si la floraison de cette zone a été moins importante les premiers mois, de nombreuses fleurs s'épanouissent progressivement depuis la fin de l'été. On y retrouve notamment de la carotte sauvage, du trèfles des prés, des boutons d'or, ... Ce mélange de fleurs offre une plus grande persistance dans le temps.

La prairie fleurie vivace se distingue facilement par la présence des grandes ombelles blanches des carottes sauvages

L'hôtel à insectes

Avec son hôtel à insectes et ses prairies fleuries, le jardin de la maison verte et bleue offre le gîte et le couvert pour les insectes! Cette construction originale vise à offrir un abri hivernal pour un maximum d'insectes dit « auxiliaires » , ceux-ci étant des précieux alliés pour lutter contre les parasites des plantes comme les pucerons.

Cet hôtel à insectes favorise la biodiversité locale et le rétablissement de la chaîne alimentaire. L'intérêt pédagogique n'est pas non plus négligeable : voilà une bien jolie façon d'attirer l'attention des enfants et adultes et de les sensibiliser à la richesse de la faune sauvage.

L'hôtel est composé de plusieurs matériaux naturels. A droite,on peut observer trois bouchons en terre fabriqués par des abeilles solitaires pour protéger leurs pontes

Ici, pas question de standardiser les chambres! L'hôtel est divisé en différents compartiments adaptés aux besoins de chaque groupe d'insectes. Ceux-ci peuvent s'y abriter mais également y pondre leurs œufs. La composition des abris est très variable:

  • des tiges à moelle comme la ronce, le framboisier ou sureau pour accueillir les syrphes;
  • des grosses branches avec des petits trous permettant à certaines abeilles solitaire d'y pondre leur œufs;
  • des morceaux de branches abritant les carabes, des coléoptères noirs adeptes de la marche à pied;
  • des briques creuses remplies d’un mélange de glaise et de paille accueillant d'autres abeilles solitaires;
  • des brin de paille, abri privilégié des perces-oreilles.

L'hôtel comprend également des abris à coccinelles, à papillons et à bourdons, avec un petit ponton d'envol pour ces derniers. Tous ces éléments permettent d'abriter une foule d'insectes utiles au jardin, en toute bonne cohabitation!