Fermer

Gestion différenciée et biodiversité


Des herbes folles à Anderlecht? La gestion différenciée en action!

Avec le retour du beau temps, les promeneurs fréquentant les parcs anderlechtois peuvent être déconcertés en y découvrant un talus couvert de hautes herbes, des fleurs sauvages dans les parterres, des arbustes et des ronces en pagaille, voire un chemin où seule la bordure est tondue.

Contrairement aux apparences, il ne s'agit pas d'un oubli ou d'une négligence d'entretien, mais plutôt d'une volonté communale de développer une gestion durable des espaces verts. C'est pourquoi le Service des Espaces Verts intègre depuis plusieurs années le principe de gestion différenciée dans la politique d'entretien des espaces verts communaux. Cette dynamique cadre parfaitement avec les objectifs du plan d'action local de Développement durable « Agenda 21 ».

Le principe de la gestion différenciée

La gestion différenciée est une méthode de gestion des espaces verts en milieu urbain qui consiste à adapter le mode d'entretien de chaque espace vert aux caractéristiques et fonctions de celui-ci et qui permet de concilier leur vocation sociale et écologique. Il s'agit d'appliquer la bonne gestion au bon endroit.

"Entretenir autant que nécessaire et aussi peu que possible"

Les implications concrètes sur le terrain

Globalement, à l'échelle d'une commune, la gestion différenciée se traduit par une diversité d'espaces verts, où chacun peut trouver son bonheur:

  • des espaces pour jouer et se prélasser dans l’herbe;
  • des endroits où observer les plantes et les papillons;
  • des parterres dédiés aux amoureux des rosiers;
  • des zones où l'on peut découvrir la diversité des fleurs sauvages.

La gestion différenciée a de nombreux effets positifs sur l’environnement et notre santé. Mieux qu'un long discours, nous vous invitons à découvrir ci-dessous des applications concrètes de gestion différenciée à Anderlecht, au travers de photos prises au sein du territoire communal accompagnées de quelques explications:

  • La gestion différenciée au Parc des Étangs
  • La gestion différenciée au Parc Forestier
  • La gestion différenciée le long des voiries communales

N'hésitez pas à contacter le Service des Espaces verts si vous souhaitez obtenir des renseignements complémentaires ou formuler des propositions pour une gestion raisonnée de nos espaces verts: espacesverts@anderlecht.brussels

Plus d'informations

Vous trouverez de nombreuses informations complémentaires à propos des principes et des applications de la gestion différenciées sur le site web « Gestion différenciée » 

Si vous disposez d'un jardin, vous pouvez également accueillir la nature en modifiant l'entretien des différentes parties de celui-ci. Pour des idées et des conseils pratiques, visitez le site web « Nature au jardin »

La gestion différenciée au Parc des Étangs

Les grandes pelouses situées près des accès, des étangs et des aires de détente sont tondues régulièrement par les équipes du Service des Espaces verts. Seul un petit nombre de fleurs arrivent à s'y développer. On y observe principalement la pâquerette, dont les feuilles situées au ras du sol sont épargnée par les lames des tondeuses.

La pâquerette est quasiment la seule plante qui arrive à fleurir dans les pelouses régulièrement tondues

Talus fleuris

Le long du parc, certains talus étroits sont gérés selon la technique de la fauche tardive: la tonte régulière est remplacée par une fauche effectuée une à deux fois par an.
Certaines plantes peuvent ainsi développer de nombreuses fleurs, non seulement pour le plaisir des yeux mais aussi des insectes. On peut y observer le trèfle des prés, dont les fleurs sont fort appréciées par les bourdons et autres abeilles sauvages.

 
Grâce à une coupe moins intensive, le trèfles des prés offrent ses belles couleurs et son nectar le long du talus bordant le boulevard Maurice Carême.

Prairies de fauche

D'autres zones plus étendues sont également gérées en prairie de fauche. La végétation n'y est coupée que deux fois par an. Cette végétation abondante accueille des insectes mais également des oiseaux qui y trouvent une nourriture abondante pour nourrir leurs petits. Les bords des chemins sont néanmoins tondus régulièrement.


Le bouton d'or et le cerfeuil sauvage sont bien présents en mai dans les prairies de fauche .

La grande berce peut également s'y développer en été (à ne pas confondre avec la Berce géante du Caucase , une espèce exotique invasive).

Zone refuge

Deux zones « refuge » ont également été délimitées dans le parc. Les interventions techniques y sont limitées au strict nécessaire, comme par exemple l'élagage des arbres dangereux. Les arbres et arbustes sauvages offrent des abris pour les nichées d'oiseaux et d'autres petits animaux comme les écureuils. Ces zones sont identifiables via un panneau spécifique (voir rubrique « signalétique pour les parcs »).


L'accès à la zone refuge est protégée par une barrière en bois.
Le fond humide en contrebas du boulevard Maurice Carême est coloré par la salicaire qui fleurit en été.


La gestion différenciée au Parc Forestier

Aménagé sur le site de l'ancien cimetière d'Anderlecht, le Parc Forestier comprend de nombreuses pelouses bordées de chemins ombragés et de haies. Une gestion plus écologique y a été développée depuis quelques années afin d'y concilier les activités de détente et la protection de la biodiversité urbaine.

Des orties vertueuses

Plusieurs espaces y sont gérés selon le principe de la prairie de fauche. La végétation n'y est coupée que deux fois par an. Outre de belles fleurs sauvages, on peut observer de grandes touffes d'orties. La présence d'une telle plante dans un parc peut paraître surprenante. Les poils urticants de celle-ci lui donnent en effet une très mauvaise réputation. Pourtant, l'ortie constitue un repas très apprécié de nombreuses chenilles qui deviendront ensuite de beaux papillons virevoltant dans le parc durant les chaudes journées d'été. Elle représente également un ingrédient apprécié des amateurs de plantes sauvages qui connaissent de multiples recettes pour la déguster sans se faire piquer.

Les prairies de fauches du Parc Forestier accueillent notamment de belles marguerites. A droite, une centaurée prépare de superbes fleurs roses aux pétales découpés qui égaieront les promenades dans le parc.

La gestion différenciée le long des voiries communales

Au sein du territoire communal, certains accotements de voiries sont traités en fauche tardive, notamment au sein de la zone rurale de Neerpede.

Les boutons d'or ont colonisé ce bord de route à Neerpede

Ce talus accueille la grande consoude (à droite) dont la couleur des fleurs varie de pourpre à rose pâle

îlot de verdure

Au sein de l'espace public, certains petits îlots sont entourés par des voiries ou des trottoirs. Ces espaces ne présentent donc pas d'intérêt récréatif ou social et ne sont pas utilisés pour la circulation des piétons. Il n'est donc pas utile d'y appliquer une tonte régulière. Le fauche tardive y permet le développement de la végétation spontanée. A certains endroits, seules de hautes herbes s'y développent, ce qui réduit la plus value esthétique. Ailleurs, ces îlots accueillent également une diversité de fleurs sauvages.

Le trèfle blanc, très apprécié des abeilles, se développe au sein de cet îlot au bout de la rue Van Lint

Cet îlot est recouvert de hautes herbes au croisement de la rue Démosthène avec la rue du Souvenir

Des fleurs sauvages dans les parterres

Il arrive souvent que des fleurs sauvages s'invitent dans les parterres urbains à côté des plantes horticoles installées et entretenues par le Service des Espaces verts. Celles-ci peuvent contribuer également à l'embellissement de l'espace public. Certaines plantes sauvages n'ont rien à envier aux variétés horticoles, même si leurs fleurs sont généralement plus petites et que la durée de floraison est moins longue. Celles-ci sont en revanche plus résistantes aux maladies et à la sécheresse.

Des camomilles se sont invitées dans le parterre récemment aménagé au sein du nouveau rond-point Prince de Liège

Préservation d'un talus à abeilles solitaires

Les bords de voiries peuvent également offrir le gîte et le couvert pour la faune locale. Outre une précieuse source de nourriture, les talus en gestion différenciée peuvent également favoriser la nidification des d'insectes. C'est le cas notamment le long du boulevard Maria Groeninckx De May, à proximité du carrefour avec l'avenue Adolphe Willemyns. Ce talus sableux abrite chaque printemps de nombreux nids d'abeille solitaire.
Contrairement aux abeilles domestiques élevées par les apiculteurs pour leur miel, les abeilles solitaire ne se développent pas en grande colonie rassemblée dans une ruche. Celles-ci pondent leur œufs de manière individuelle, notamment dans des petits terriers creusés au sein de talus sableux bien ensoleillés.
Leur éclosion abondante lors de belles journées de printemps peut susciter des craintes auprès des riverains. Néanmoins, ces abeilles ne développent aucune agressivité envers l'homme. Leur présence est sans danger et même plutôt bénéfique puisqu'elle participent à la fécondation des fleurs, étape indispensable pour obtenir de nombreux fruits et légumes dans nos jardins et balcons!

Soutenu par une interpellation citoyenne, le Service Espaces verts n'a effectué aucune intervention sur ce talus durant le printemps 2012, ce qui a permis une belle éclosion d'abeilles solitaires